PAYSAGE



Sous le tilleul


Randonnée chorégraphique en Haute-Savoie

Cluses (Haute-Savoie) - 10 et 11 juin 2017


4,3 km de marche à travers la ville de Cluses, à la découverte du rapport qu’entretiennent ses habitants.tes à la nature. Guides de haute montagne, danseurs et musiciens de l’école de musique, botanistes, chanteurs d’une chorale, enfants des écoles, harmonie municipale, employés des espaces verts : 166 personnes dansent, jouent, expliquent, partagent le patrimoine naturel de la ville. A la recherche d’une poétique de la mauvaise herbe.


Conception Julie Desprairies Assistante Elise Ladoué Plasticienne Louise Hochet et 180 danseurs, botanistes, marcheurs, jardiniers, chanteurs, guides, chanteurs, musiciens, grimpeurs clusiens

Production Compagnie des prairies coproduction Ville de Cluses avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et du Conseil départemental de Haute-Savoie avec l’aide du FIACRE – Région Auvergne-Rhône-Alpes


Captation vidéo
La carte-feuille de salle
Le livret de la résidence en arts plastiques au collège de Cluses




Tes jambes nues


Petite bacchanale agricole

Création en 2013 à Noves - Théâtre de Verdure


Maintenant c’est toi, Bacchus, que je vais chanter, et avec toi les fruits de l’olivier qui croît avec lenteur. Viens ici, dieu du pressoir, arrache tes cothurnes et dans le moût nouveau trempe avec moi tes jambes nues.
Virgile, Géorgiques, Livre II

S’inscrire dans un paysage et ses pratiques, s’inspirer des chants, gestes, outils, récits d’un milieu rural et y trouver la matière à danser : Tes jambes nues se donne en plein champ ou dans tout autre lieu du travail agricole.

Sont associées à la création les personnes rencontrées sur place. Selon les régions, ont été intégrés dans la création une vigneronne, un éco-garde, un éleveur, un berger, une agronome, un jardinier, une oléicultrice, une chevrière, souvent accompagnés de leurs bêtes, ainsi qu’un petit chœur d’enfants et de jeunes danseur.euses amateur.es. La démarche d’investigation in situ rejoint celle du cultivateur, dans son attention délicate et obstinée portée à toutes les caractéristiques du terrain.

Depuis les Grecs jusqu’aux avant-gardes historiques du XXe, les artistes ont célébré l’environnement champêtre, ses mouvements atemporels, archaïques. La recherche d’une « danse agricole », menée par Julie Desprairies et son équipe d’artistes complices, s’appuie sur des références antiques ou modernes, et sur une quotidienneté des actions agricoles actuelles.

Pour tenter de dire quelque chose  du monde paysan d’aujourd’hui.

Tes jambes nues, pièce créée à Noves pour la Scène Nationale de Cavaillon en 2012-2013 a été adaptée pour le festival Entre cours et jardin à Dijon en 2013 et pour le Parc d’Ermenoville en 2014.



Tes jambes nues – CCN2 – Ferme de la Faurie, Le Sappey-en-Chartreuse  (Isère) – 3 juillet 2021
Conception : Julie Desprairies textes & danse : Melina Faka, Elise Ladoué, Ramon Lima, Raoul Riva chant : Ariana Vafadari contrebasse, percussion et buzuk : Laurent Cabané les petits chanteurs de l’étable Classe de CM2 de Sylvain Seurat, école du Sappey avec la complicité de Joseph Hurand et Marjolaine Guigue, GAEC de la Faurie et Pascale et Gilles Barbe, Domaine Les Ptits Ballons Costumes Melina Faka régie Ramon Lima
CCN2-Centre chorégraphique national de Grenoble

Tes jambes nues – Théâtre de Verdure – Noves (Bouches-du-Rhône) – 7 juin 2013
Conception : Julie Desprairies avec : Juliette Barbier, Barbara Carlotti, Hélène Iratchet, Vladimir Léon, Mickaël Phelippeau et Benoît de Villeneuve, ainsi que les Isadorables Camille Biscarrat, Anastasie Cannas, Chloe Fauvel , Brunissende Lubineau, Maëlle Tansche, l’élagueur Pierre-Ivan Laure, l’homme aux bêtes Pierre Martinez, le berger Roland Ginoux, la danseuse fantôme Geneviève Mompeyssin, la chevrière Camille Grangier accompagnée de Paillette et Princesse, le vigneron Laurent Maltinti et le petit choeur Lucas Abdennebi, Sarah Arguimbau, Léa Béchérini, Rémi Bertieaux Ghestem, Camille Biscarra, Manon Boyer, Axelle Chabou, Florian Chasson, Julien Fligea, Baptiste Gautier, Clara Guastavino, Téo Malblan, Lucas Martine, Lucie Martine, Jean Peaurro, Victor Rouill, Simon Rousset, Sofiane Sennoune, Marine Simonelli, Bilal Tahri, Maëlle Teyssier, Anicet Vassalié, Léo Vitorin
Scène Nationale de Cavaillon, avec le soutien de la commune de Noves et de l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson. Financé par le FEADER

Tes jambes nues – Jardin de l’Arquebuse – Dijon (Côte d’Or) – 28 septembre 2013
Conception : Julie Desprairies avec : Barbara Carlotti, Marie-Jo Gros, Hélène Iratchet, Vladimir Léon, Mickaël Phelippeau, Benoît de Villeneuve, ainsi que Les Isadorables, élèves du CRR de Dijon et de Marie-Jo Gros Ella Baville, Lucie Develay, Manon Grange-Peterle, Ambre Gozlin-Frobert, Andrea Mofunda, Valentine Pélissier, Lea Raillard le petit chœur du travail Martin Aubriot, Dania Belhachemi, Eudes Blondeau, Opale Bret Legrand, Célian Bruneau, Mattéo Camilleri, Cinnamone Conversat, Alice Cornilleau, Jennyfer De Figueiredo, Rosario Dumont, Mathilde Gomis, Constant Grenier, Lise Guillaumat, Armand Jamet, Lisa Levankova, Lasse-Christian Manz, Gabriel Mascarelli, Sasha Medard, Melchior Mouxaux, Alaric Pillot, Joah Prudent dirigés par Edyth Pluyaut, flûtiste : Clémence Grenier
Festival entre cour et jardins

Tes jambes nues – Parc Rousseau – Ermenonville – 15 juin 2014
Conception : Julie Desprairiesavec : Barbara Carlotti, Louise Hochet, Hélène Iratchet, Lisa Kostur, Vladimir Léon, Mickaël Phelippeau, Benoît de Villeneuve, ainsi que Les Isadorables Floriane Andre, Elise Dervillez, Alice Floury, Clémentine Jaillard, Mathilde Segard, Armelle Poirot, Andrea Poix, Marie Vidal, le petit chœur du travail Mélissa Arrault, Hynde Bousnassel, Lola Deguignet, Inès El Azzaoui, Lou Jaquemart, Lucie Jolivot, Faustine Lemel, Cassandra Leonie, Mya Lesage, Taïra Mani, Guylaine Market-Sesse, Aude Mateu, Océane Mendes-Semedo, Laura Robert, Ana Sosa, Kadiata Thioub, Camille Vanpoucke, Sheïma Yaacoubi, dirigés par Valéry ThuetJean-Charles Morin et son équipage, les jardiniers Bérangère Amory, Julien Dambreville, Séverine Nicoleau, David Polin, Alexandre Thomas, l’écuyère Albane Cordier et le cheval Spontan du Cercle Hippique de Compiègne.
Chansons originales de Barbara CarlottiVert Paradis, Le jour se lève, L’Histoire du berger, Danse bucolique.




Paris à l’infini (la danse)


Lecture de paysage des bords de Seine par 150 agents de la Ville de Paris

Paris - Nuit Blanche - 6 octobre 2012


Suivant le parcours de Nuit Blanche le long de la Seine, les agents de la Ville de Paris dansent une portion de paysage. Du Trocadéro à la BNF, face au panorama parisien, ces danseurs occasionnels –  jardinier.es, employé.es de musées, personnel de la petite enfance ou des bibliothèques – forment une ligne visible pendant 10 minutes toutes les heures, entre 20h et minuit. Ils.elles donnent leur lecture personnelle de cette partition urbaine faite de monuments fameux et du tissus ordinaire de la capitale. Paris à l’infini (la danse) est une installation humaine, un geste collectif, tant chorégraphique que sculptural.


Chorégraphie Julie Desprairies Assistante à la chorégraphie Elise Ladoué Costumière Juliette Barbier Danseurs-encadrants Élodie Bergerault, Philippe Chéhère, Maeva Combescot, Hélène Iratchet, Claudius Nondelo, Élise Olhandéguy, Lyllie Rouvière, Alexandre Théry et 150 danseurs-agents de la Ville de Paris Comissariat Nuit Blanche Laurent Le Bon Avec le soutien d’ESMOD (École internationale de mode) Bureau de production Grand Ensemble – Marie Roche


Un extrait
Dans Le Monde


 



Il faut dire l’importance du plan


Lecture-performance de textes de l’architecte Pierre Riboulet

Pavillon de l'Arsenal, Festival "Paris en toutes lettres" - 7 juin 2009


Pierre Riboulet, architecte et urbaniste (1928-2003), a toujours placé le contexte et l’usager au centre de ses projets. Son œuvre maîtresse, l’Hôpital pour la mère et l’enfant Robert Debré (Paris 19e), constitue un modèle de réflexion sur les moteurs de la composition architecturale et urbaine. Cette pensée en mouvement a été soigneusement compilée par l’auteur, dans un journal intitulé Naissance d’un hôpital.

Julie Desprairies propose d’en donner une lecture incarnée, par Mathieu Riboulet, écrivain et fils de l’architecte. Le corps peut-il donner à voir, par instants fugitifs, davantage que la voix seule ne laisse entendre, des organisations spatiales, des structures, des matériaux, des convictions de l’architecte ?

Extraits des ouvrages de Pierre Riboulet :
Un parcours moderne, Editions du Linteau, Paris, 2004
Naissance d’un hôpital, Verdier / Editions de l’Imprimeur, 1994
Écrits et Propos, Editions du Linteau, Paris, 2003

Extraits du film de Jean-Louis Comolli, Naissance d’un hôpital
Kindertotenlieder de Gustav Malher par Christa Ludwig
L’Art de la fugue de Jean-Sébastien Bach par Pierre-Laurent Aimard
Les Petits Moulins à Vent de François Couperin par Noëlle Spieth


Conception Julie Desprairies Lecture Mathieu Riboulet Danse Elise Ladoué Vidéo Arnold Pasquier Photos Vladimir Léon Régie numérique Maël Teillant Régie Adeline Pierrat


Voir un extrait du « Petit vocabulaire danse/architecture »
Lire le programme de salle




Roulés dans la farine


Déambulation face aux Grands Moulins de Pantin
Variation d’une rive à l’autre

Canal de l'Ourcq, association "L'Art au Quotidien" - septembre 2004


La rive, l’eau et surtout les moulins qui se dressent sur la rive d’en face, deviennent, le temps de la création, le décor d’une pièce chorégraphique. Le plateau est pavé, quelques éléments de signalétique et les bittes d’amarrages délimitent la scène. Les passants, sur les berges d’en face sont les figurants fortuits de Roulés dans la farine. Péniches et bateaux de tourisme traversent le décor de la pièce, nonchalamment. Les imposants bâtiments industriels, dont les couleurs varient à la lumière du soleil, rythment le fonds de scène. La tourelle d’angle ponctue le centre du décor et son horloge indique l’heure, le temps du spectacle.

Cinq tonnes de farine sont utilisées par les danseurs tout au long de la pièce. Arrimage, amarrage, chargement, déchargement sont autant d’actions détournées, qui servent l’écriture du mouvement.

Les interprètes, les images et le souvenir de Roulés dans la farine nourriront, dix ans plus tard, le travail de l’Inventaire dansé de la Ville de Pantin.


Chorégraphie : Julie Desprairies
Avec : Barbara Carlotti, Nedjma Merahi, Olivier Renouf
Costumes : Renaud Legrand, création sonore : Hubert Michel

Dans le cadre de Variation d’une rive à l’autreparcours artistique le long du canal de l’Ourcq, organisé par l’association “L’Art au Quotidien”




C’est balnéaire – C’est chic – C’est loin


Trois pièces au bord de l’eau, l’Adriatique à Split, la Seine à Paris, le Bosphore à Istanbul

Jetée Saint-Nicolas, août 2001 - Square du Vert-Galant, septembre 2001 - Dolmabahçe sarayı, avril 2002


C’est balnéaire, C’est chic et C’est loin, sont trois pièces qui prennent place au centre d’une ville, à proximité de l’eau qui la parcourt et au début du coucher du soleil.

Il s’agit, à chaque fois, de formes très légères, avec peu de danseurs, mais toujours des interprètes locaux, et aucun accessoires ou décor autres que ceux offerts par des contextes fantastiques : une jetée sur la mer face au Palais de Dioclétien, le square du Vert-Galant tout au bout de l’Ile de la Cité, un palais de sultan sur le Bosphore.


C’est balnéaire
Avec Barbara Carlotti, Aleksandra Dobrota, Darko Japel, Zrinka Simicic.
Musique : Ondrej Adamek, Stephane Maltret
Coordination : Ivana Mestrov
A l’invitation du Festival « Grlimo se morem »

C’est Chic
Avec Barbara Carlotti, Antonio Estevens, Chloé Marquise, Nedjma Mérahi, Cyril Nérovique, Zrinka Simicic, Pauline Warnier ou Alexis Descharmes (violoncelle)
Costumes : Renaud Legrand
Lumières : Catherine Micheli
Administration : Laurent Jeanne
Accueil : Sonia Tedjani
Avec le soutien de la Mairie de Paris

C’est loin
Avec Juliette BarbierBarbara CarlottiAslı Mertan, Zrinka SimicicDenis Tricot, Emmanuelle Beaufils (piano)
Accompagnement chorégraphique : Frédéric Cornet
Produit par Denis Tricot dans le cadre de l’opération une base pour l’expérimentation artistique à Istanbul, avec le soutien de l’Afaa, l’Institut français d’Istanbul et l’association promenade d’artiste.