VILLE



Foire des prairies


Fête foraine chorégraphique

Partout où on aime la foire - 2015, 2018, 2020, etc.


Une fête foraine qui s’appuie sur les savoir-faire des habitants. Championnat de détricotage, massage sonore, lancers de troncs, manège-minute, pince à peluches vivante : chaque attraction est construite à partir d’un jeu forain et d’un enjeu chorégraphique. La Foire des prairies joue avec les codes traditionnels de la fête foraine pour installer au cœur de la cité un événement chorégraphique et populaire qui met en scène les corps et savoir-faire des personnes rencontrées. Participatif et intergénérationnel, les artistes et la population préparent ensemble pendant plusieurs mois des attractions qui seront performées lors de la création finale. C’est le territoire, par ses habitants, qui partage ses talents, son histoire, sa géographie, son patrimoine, ses cultures, ses danses.

La Foire des prairies est déclinable : associations et personnalités d’un territoire conçoivent avec la Compagnie des prairies cette fête foraine contemporaine.


Foire des prairies, Reims (Marne) – 5 septembre 2020
Conçue par Julie Desprairies, chorégraphe, Elise Ladoué et Alexandre Théry, danseurs et David Enon, scénographe Costumes Melina Faka & les pochoirs de La Furieuse company @furieuse.co Designer stagiaire Eric Treillard Avec la complicité d’Agnès Bruckert, Aline Gheysens & 90 forains reimois
Production Compagnie des prairies et Le Manège, scène nationale-Reims Partenaires Le Grand Reims, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Grand Est et le Commissariat Général l’Égalité des Territoires dans le cadre du Contrat de Ville, le Foyer Rémois, le Département de la Marne, Fonds de dotation Écureuil et Solidarité Caisse d’Épargne Grand Est Europe et la Caisse des Dépôts.

Foire des prairies, Saint-Michel-sur-Orge (Essonne) – 9 juin 2018
Conçue par Julie Desprairies et Louise Hochet en collaboration avec Élise Ladoué et Alexandre Théry
Production Compagnie des prairies. Coproduction : Théâtre Brétigny-Dedans/Dehors-scène conventionnée

Foire des prairies, Quetigny (Côte d’Or) – 21 juin 2015
Foire des prairies, Amphithéâtre du Pont-de-Claix (Isère) – 22 mai 2015
Conçue par Julie Desprairies et Louise Hochet en collaboration avec Élise Ladoué, Alexandre Théry et Michel Liégeois
Production Compagnie des prairies. Coproduction : Amphithéâtre du Pont-de-Claix ; avec le soutien de la DRAC Bourgogne – Ministère de la Culture et de la Communication, la Ville de Quetigny, le Conseil Régional de Bourgogne, la Compagnie de Chauffage du Pont-de-Claix et le LEGTA Olivier-de-Serres de Quetigny.


Captation vidéo de la Foire des prairies à Pont-de-Claix et à Quetigny (2015)
Captation vidéo de la Foire des prairies à Saint-Michel-sur-Orge (2018)




L’Architecte de Saint-Gaudens


Un film de Julie Desprairies et Serge Bozon (29 minutes)

Saint-Gaudens - 2015


Un architecte chante au gré de ses promenades parmi les bâtiments qu’il a construits dans une petite ville des Pyrénées. Il est accompagné des habitants, qui chantent et dansent dans leurs espaces de vie, d’étude et de travail. Un dialogue se noue entre l’architecte et la population sur le métier, ses paradoxes et ses lois.

L’architecte-chanteur, c’est Mehdi Zannad ; la petite ville des Pyrénées, c’est Saint-Gaudens, dont les habitants – musiciens, chanteurs, danseurs amateurs – ont travaillé durant une année avec le compositeur et la chorégraphe, à l’invitation de Pronomade(s) en Haute-Garonne-Centre national des arts de la rue.

Locarno Film Festival 2015, Fuori Concorso, Entrevues – Festival International du film de Belfort 2015, Jeonju Intl. Film Festival 2016 – Official Section, Festival Côté Court, Pantin, 2016, etc.


Co-réalisation Julie Desprairies et Serge Bozon
 Musique Mehdi Zannad Textes des chansons  Julie Desprairies Assistante chorégraphe Elise Ladoué Image Céline Bozon Son Yves-Marie Omnès Montage François Quiqueré Costumes Rachel Garcia  Musiciens Raphaël Léger, Olivier Marguerit, Didier Perrin et 48 élèves et professeurs du Conservatoire Guy Lafitte de St-Gaudens
avec Mehdi Zannad, Hélène Iratchet, Elise Ladoué, Arnold Pasquier, Philippe Saunier-Borrell, Marion Vian, 12 stagiaires de la formation Extension du Centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées et 77 habitants de Saint-Gaudens et environs

Production Vladimir Léon suivi de production et administration Marie Roche / Grand Ensemble Coordination générale Marion Vian Une coproduction Les Films de la Liberté / Compagnie des prairies à l’invitation de Pronomade(s) en Haute-Garonne-Centre national des arts de la rue, avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées, la Ville de Saint-Gaudens, Gindou Cinéma, la Communauté de communes du Saint-Gaudinois et du Centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées


Extrait du film (Bagatelle)
La bande originale du film par Mehdi Zannad ONF Thème de Saint-Gaudens Promenade Tribune Bagatelle
L’article d’Isabelle Regnier dans Le Monde
Le film sur Tënk
Extrait du concert de Mehdi Zannad au Festival Entrevues de Belfort




Inventaire dansé de la ville de Pantin


Résidence de création à Pantin
Dans le cadre de l’exposition Ville en images devenue _Corps politiques.

Théâtre du Fil de l'eau à Pantin - 4 et 5 octobre 2014


« Par sa situation, sa géographie et son histoire, Pantin est emblématique d’un certain nombre de problématiques qu’il m’intéresse de questionner par la danse. Elle est traversée par des axes majeurs (routes, voies fluviale et ferroviaire), dotée d’œuvres architecturales signées par des auteurs importants, forte d’une mixité d’usages et d’une configuration qui témoigne des strates de l’histoire de la proche banlieue parisienne, et par conséquent de celle de la capitale. Toutes ces spécificités en font un terrain particulièrement propice, riche et varié. Je propose d’en réaliser un inventaire dansé. » (Julie Desprairies)

Au Théâtre du Fil de l’eau, le spectateur est invité à parcourir les diverses étapes de cet inventaire chorégraphié qui traverse cinq lieux emblématiques «  travaillés  » par la danse : les Grands Moulins, la piscine, les axes structurants, les Courtillières, les espaces verts et la caserne des pompiers de Crespel & Ropa.

Barbara Carlotti chante les Grands Moulins
Invité : l’architecte chanteur Mehdi Zannad
Avec Laurent Saligault, bassiste, Stéphane Bellity, batteur, Olivier Renouf et Nedjma Merahi, danseurs. Photos : Luc Boulat, Gil Gueu et Laurent Kruszyk, images vidéos : Vladimir Léon (tirées de Roulés dans la farine)

Bon baisers du grand bain
Performance sur la piscine de Pantin, édifice emblématique de l’architecture nautique des années 30.
Avec Geneviève Michel, conservateur du patrimoine de la Ville de Pantin, Olivier Renouf et Nedjma Merahi, danseur
Colorisations : Louise Hochet
Mur de cartes postales vidéo : Vladimir Léon

GRP, Sentier de Grande Randonnée des espaces verts de Pantin
Randonneuse : Lyllie Rouvière, texte : Mathieu Riboulet, photos : Vladimir Léon
Pique-nique champêtre et réflexions paysagères. Avec Vincent Lahache, paysagiste et Louise Hochet, plasticienne

Le bal des pompiers
Performance sur la caserne des pompiers de Pantin, de Crespel et Ropa.
Avec l’architecte André Crespel
Photos : Vladimir Léon, vidéos : Johan Lescure, danseuse : Elise Ladoué.

Cinq points de vue autorisés sur les Courtillières
Un film de Julie Desprairies et Vladimir Léon avec Elise Ladoué, les habitants du quartier et la complicité de Louise Narboni.
Régulièrement, les visiteurs de l’exposition sont invités à incarner le bâtiment serpentin d’Emile Aillaud.

Manuel d’entrainement régulier du danseur urbain
Avec Alexandre Théry, un groupe de Pantinois et Jean-Barthélémi Debost, historien du patrimoine. Documenté par Gilles Gueu, photographe de la ville de Pantin.

Restitution dans le cadre de l’exposition Ville en images devenue  _Corps politiques,  Théâtre du Fil de l’eau / Musée d’art moderne de la Ville de Paris.


Ville de Pantin, CG 93, DRAC Ile-de-France-Ministère de la culture, SACD, Musée d’art moderne de la Ville de Paris
Administration, production, diffusion La Magnanerie


Cinq points de vue autorisés sur les Courtilières film de Julie Desprairies et Vladimir Léon
Petit vocabulaire danse / architecture de Julie Desprairies
Bons baisers du grand bain mur vidéo de Vladimir Léon et Louise Hochet
Manuel d’entraînement du danseur urbain
Le bouquet, le parcours, l’inventaire texte de Mathieu Riboulet




Après un rêve


Création vidéo-chorégraphique pour la Villeneuve de Grenoble
Un film de Julie Desprairies et Louise Narboni, 2012, 26 minutes

La Villeneuve - 2011-2012


En 1968, une coopérative militante d’architectes et d’urbanistes (l’AUA) imagine un nouveau type de grand ensemble à même de « changer la ville pour changer la vie ». Porté par les idées novatrices de l’époque (en matière d’éducation, de santé, de culture et d’habitat), en dialogue avec le paysage, l’ensemble urbain célèbre la mixité des usages, des générations et des populations. Cette avant-garde sociale et architecturale devient fameuse, Godard y tient un atelier vidéo, Rohmer en réalise le portrait.
En juillet 2010, alors que Julie Desprairies vient d’y terminer un Atelier de Création Radiophonique pour France Culture – un carnet de travail sonore d’un spectacle à venir pour le quartier – des violences éclatent à La Villeneuve. Le site devient tristement célèbre, le Président Sarkozy y tient son fameux discours de Grenoble sur sa vision de la sécurité.
La chorégraphe décide de réagir aux images effrayantes de vitrines cassées, de voitures enflammées, d’habitants désespérés et demande à la réalisatrice Louise Narboni de filmer le travail accompli depuis un an avec les personnes rencontrées sur place. Des écoliers, des étudiants, des retraités, une chorale, un maraîcher et un pédiatre, des danseurs, des chanteurs, tous habitants ou usagers de La Villeneuve ont collaboré à l’écriture d’Après un rêve.
Élise Ladoué, danseuse, emprunte la rue-galerie historique dessinée par Henri Ciriani, colonne vertébrale du quartier, depuis la fresque de la Bourse du travail au sud jusqu’au parvis de la maison de la culture au nord. Ni fiction, ni documentaire, Après un rêve tient de la performance, du poème visuel ; un essai de ré-enchantement.


Conception Julie Desprairies Réalisation Louise Narboni Avec Elise Ladoué, Barbara Carlotti, les habitants de La Villeneuve de Grenoble Musique originale Barbara Carlotti Image Mikaël Lubtchansky, Cécile Bodénès Son Rosalie Revoyre, Jocelyn Robert, Jérôme Ayasse Montage Corentin Leconte Costumes Juliette Barbier 
Production Nora Philippe – Les films de l’air en partenariat avec la Compagnie des prairies avec le soutien du CNC, CNAP, Ministère de la Culture, Région Rhônes-Alpes (Fiacre), DGCA, SACD / Écrire pour la rue, Dynamique Espoir Banlieues, Centre chorégraphique national de Grenoble


Un extrait
Un autre extrait
Autour du parc, Atelier de Création Radiophonique, France Culture
Le dossier de presse du film
Lire un article dans Mouvement
Le film sur Tënk



 


Là commence le ciel


Parcours chorégraphique pour les Gratte-Ciel de Villeurbanne
Biennale de la danse de Lyon

Villeurbanne - Biennale de la danse de Lyon - 2006


Là commence le ciel est une création chorégraphique spécifiquement conçue pour les Gratte-ciel de Villeurbanne. Julie Desprairies raconte volontiers combien elle a été frappée en découvrant ce quartier par sa cohérence architecturale et urbaine. Les différents éléments qui le composent (TNP, hôtel de ville, immeubles de logements) sont mis en scène avec habileté. Itinéraires, circulations et points de vue spectaculaires sont démocratiquement donnés à voir.

Œuvre collective construite en un temps record (entre 1931 et 1934), les Gratte-ciel témoignent d’une formidable énergie et d’une utopie humaniste qui jusqu’aujourd’hui forcent l’admiration. Deux architectes (Morice Leroux et Robert Giroux), un politique (le maire Lazare Goujon), animés du désir fervent de donner le meilleur aux plus modestes, sont convaincus que l’aspect novateur de l’aménagement urbain détermine les rapports sociaux.

Quatre danseurs de la Compagnie des prairies ont été rejoints par 100 danseurs et musiciens rencontrés au cours de la résidence de la chorégraphe sur place. Chacun entretenait à la danse un rapport différent (certains n’avaient jamais dansé). Ensemble, ils ont élaboré un vocabulaire commun, trouvant sa source dans les caractéristiques architecturales des Gratte-ciel. Les vitraux d’une cage d’escalier, les ferronneries d’une porte d’entrée, le rythme d’une façade sont autant d’éléments qui ont nourri le travail de recherche et de composition chorégraphiques. Mais l’architecture, c’est aussi des personnes et des usages. Le kiosquier, la coiffeuse, les voisins ont aussi des mouvements à nous apprendre… 


Avec Elise Ladoué, Nedjma Merahi, Arnold Pasquier, Olivier Renouf et 140 danseurs et musiciens de l’agglomération lyonnaise Costumière Juliette Barbier Conseil musical Véronique Boige Historienne de l’architecture Anne-Sophie Clémençon


Une vidéo d’Arnold Pasquier
Un extrait
Un autre extrait
Encore un extrait
Article d’Agnès Izrine dans Danser
Article de Mathieu Braunstein dans Danser
Article de Rosita Boisseau dans Télérama




Ici cette fois-ci


Parcours chorégraphique pour le Collège Néerlandais

Collège Néerlandais de la Cité internationale universitaire de Paris - 15-25 septembre 2000


Le Collège Néerlandais de Willem Marinus Dudok dresse son beffroi tout au bout de la Cité Universitaire de Paris. Ses lignes modernistes de la fin des années 20 accueillent une pièce conçue in-situ, où chaque détail de l’architecture, y compris le mobilier d’époque, est méthodiquement exploré par le corps des danseurs – ainsi que par la musique et les voix qui y résonnent.


Conception Julie Desprairies Avec Juliette Barbier, Barbara Carlotti, Antonio Estevens, Céline Finidori, Nedjma Merahi, Johanne Rosier, Thomas Salvador, Ariana Vafadari (mezzo-soprano), Raphaël Collignon (piano, clavecin) Répétitrice Isabelle Pinon Conseil musical Barbara Carlotti Communication Yorgo Tloupas